Chercher jusqu’au bout à convaincre

Chercher jusqu’au bout à convaincre

16 novembre 2018 4 Par Printemps du communisme

La dernière phase du congrès est maintenant engagée. Les communistes qui ne partagent pas les orientations du « manifeste » sont confrontés à la difficulté d’amender un texte dont ils ne partagent pas la cohérence et le sens global, tournés vers le repli et le passé. Certains s’y essayent cependant. D’autres proposent sur les questions-clés des « motions » qui dénoncent les régressions dans lesquelles nous engagerait le vote de la « base commune » et proposent d’autres orientations. Dans les deux cas, l’essentiel nous paraît être de poursuivre la confrontation des idées jusqu’au vote final du congrès.

Comme nous l’avons dit au lendemain du vote, le choix du « Manifeste » comme « base commune de discussion » a été une très mauvaise nouvelle. Mais la majorité relative de 42% qu’il a obtenue ne saurait faire oublier qu’une majorité absolue de communistes d’opinions diverses – 58% – a fait d’autres choix. Toutes et tous les communistes respecteront donc le fait que la discussion parte de ce texte, mais pas qu’il en soit l’aboutissement. Le droit d’amendement ne saurait avoir dans notre Parti d’autres limites que la volonté souveraine des communistes délibérant fraternellement dans leurs congrès.

Le débat doit donc se poursuivre jusqu’au bout. Comme le montre une tribune collective récemment publiée sous le titre « Communistes, faites-vous entendre ! », les idées continuent de cheminer. Et nous nous félicitons de constater que les nôtres avancent. Nous continuerons donc d’essayer de convaincre que la possibilité du statu quo est une illusion, et que la seule alternative au retour en arrière est bien le choix clair d’un communisme de notre temps.

Emmanuelle Becker, Elsa Faucillon, Sonia Masson, Anna Meyroune, Frédéric Génevée, Gregory Géminel, Bob Ingey, Yann Le Lann, Frank Mouly, Jean-Michel Ruiz