Bousculer le scénario Macron/Le Pen

Bousculer le scénario Macron/Le Pen

26 janvier 2019 0 Par François Salamone

Intervention de François Salamone au conseil national du 26 janvier 2019

On est dans un paysage politique et social instable et insaisissable. On voit bien les potentiels. En même temps que toutes les limites et les dangers. Nous avons trop tergiversé pour nous situer clairement dans la dynamique des gilets jaune. Jusqu’à apparaître un peu spectateur. Il aurait été possible d’être, rapidement, à la fois, gilets jaune et nous mêmes. Gilets jaune pour, sans ambiguïté, être d’abord perçu comme résolument du côté des colères sociales. Mais nous mêmes, pour peser intelligemment et élever son contenu de classe. En particulier pour que le patronat ne s’en tire pas à si bon compte. Et aussi limiter l’impact sur le mouvement de certaines attitudes réactionnaires.

Bref, je trouve que nous avons été en carence de lisibilité politique. Si, pour partie, nous avons redressé, notre parole reste, à mon goût, trop dans le phrasé du registre syndical. Alors qu’il nous faudrait faire monter des exigences. Nous avons, par exemple, besoin de montrer comment l’actuelle politique est la continuité des précédentes. Si nous ne disons pas que le CICE, les politiques fiscales en faveur du capital, la baisse du coût du travail ou la destructiondes services publics ont été largement initiées par Hollande. Comment nous faire comprendre la nature des ruptures à opérer, comme la nature du rassemblement politique à promouvoir ?

Nous devrions être comme comme des poissons dans l’eau. Enregistrer des signes tangibles de dynamique et de reconnaissance de notre rôle. Est-ce le cas ? Rien ne permet de le dire. Non pas que nous faisons peu. Loin de là. Mais on voit bien, que pour le moment, une sorte de plafond de verre idéologique et politique, nous plaque au sol. Et c’est le RN qui engrange des percées. Quant à Macron il a les ressources pour rebondir. Son socle partisan de la présidentielle reste solide. A 4 mois des européennes c’est préoccupant. Le scénario Macron/RN tient la corde. Sommes-nous en situation de le bousculer ? Rien ne le montre. Le début de campagne autour de Ian ne manque pas de tempérament. Mais pour le moment nous ne décollons pas. Se joue notre disparition du Parlement européen.

Être estampillé liste « du monde du travail » ne ne sera propulsif qu’à la condition que, d’une part, cette acception soit très élastique, pour être perçu par le salariat dans toute son étendue et tel qu’il est aujourd’hui. Et, d’autre part, que sa portée ne soit pas amputée de sa dimension de rassemblement politique. Attention au risque de nous transformer en une L.O bis. Le paysage à gauche étant ce qu’il est. Et nos choix de congrès ce qu’ils sont. Nous ne lèverons pas l’espoir par la force de nos incantations. Au-delà des formules convenues, en réalité, nous faisons une croix définitive sur le rassemblement avec les diverse forces de la gauche de transformation ? C’est mortifère. Je plaide pour la relance d’une initiative politique de courage et de lucidité en leur direction. Évitons-nous la gueule de bois le soir du 26 mai. Il n’est pas trop tard.