Appel à celles et ceux qui ont le communisme au coeur

Appel à celles et ceux qui ont le communisme au coeur

7 octobre 2018 42 Par Printemps du communisme

Déclaration d’Emmanuelle Becker, Robert Injey, Elsa Faucillon, Grégory Géminel, Frédérick Genevée, Yann Le Lann, Anna Meyroune, Sonia Masson, Frank Mouly, Jean-Michel Ruiz, Nora Saint-Gal, membres du conseil national du PCF.

Les résultats du vote sur la « base commune de discussion » du 38ème congrès du Parti communiste sont une très mauvaise nouvelle. Le nombre des adhérents cotisants s’est encore réduit de 7% en deux ans. Le texte intitulé « Manifeste pour un parti communiste du 21ème siècle » arrive en tête avec 42, 15% des suffrages. Les communistes sont profondément divisés et il n’y a pas de majorité.

Ces résultats sont le fruit du désarroi. Après des décennies d’affaiblissement, et alors que notre Parti avait engagé depuis longtemps un très difficile travail de renouvellement de nos conceptions, de notre stratégie et de notre organisation, la direction sortante a remis en cause une partie importante de nos avancées, notamment par ses tergiversations stratégiques depuis 2014 qui nous ont rendu illisibles et désorienté les communistes.

Il aurait fallu au contraire poursuivre notre effort jusqu’au bout afin d’inventer une nouvelle conception du communisme, adaptée à notre temps, susceptible d’entrer à nouveau en dialogue étroit avec les si nombreuses luttes et mobilisations de toutes sortes qui cherchent à imaginer une autre société et à lui frayer un chemin. C’est ce que portait le texte « Se réinventer ou disparaître. Pour un printemps du communisme ». Dans un climat de démobilisation et de crainte, les illusions faussement rassurantes d’un retour au passé ont prévalu.

Le débat du congrès va donc s’engager à partir d’un texte qui prône le retour à des conceptions passéistes qui ont partout échoué. Mais ce n’est pas la fin de l’histoire. Le débat doit se poursuivre. Il faut tout faire pour que ce congrès ne soit pas celui du retour en arrière. A défaut de quoi notre Parti s’enfoncera plus encore dans la voie de l’effacement. Ce serait une catastrophe pour toutes celles et tous ceux qui espèrent le renouveau d’une gauche de transformation sociale diverse et rassemblée.

A un moment de l’histoire où le capitalisme mondialisé se fait plus dur et dangereux que jamais, développe la pauvreté jusque dans les pays les plus riches, exacerbe les tensions internationales, menace notre écosystème et met en péril toute l’humanité, le besoin de communisme n’a jamais été aussi grand. Mais il ne peut s’agir que d’un communisme réinventé, tenant compte des leçons de l’histoire et se façonnant au sein même du vaste mouvement de contestation du capitalisme qui caractérise notre époque.

Nous ne nous dissimulons pas la gravité de la situation. Les élections européennes qui s’approchent peuvent voir l’éviction des communistes français du Parlement européen. Les élections locales qui viendront immédiatement après risquent de se traduire par la perte de très nombreuses villes aujourd’hui dirigées par des municipalités conduites par des communistes. Nous devons réagir.

Nous allons déployer des efforts accrus pour convaincre les communistes de la nécessité d’une profonde transformation de notre organisation. Et en même temps, conscients du risque d’effacement des idées communistes dans la société, nous sommes décidés à nous adresser à toutes celles et tous ceux qui ont le communisme au cœur, à commencer par celles et ceux qui sont ou ont été adhérents du Parti,  pour travailler à donner au communisme sa figure moderne, ouverte, démocratique, écologique et révolutionnaire dans les conditions d’aujourd’hui.

Nous les appelons pour cela à participer à une réunion qui sera annoncée dans les tous prochains jours.